Les Cactus et succulentes

Le monde fantastique des plantes xérophytes

Aller au texte -  Aller au menu -  Aller en bas de page  -  Accessibilité -  A + -  A -
Recherche personnalisée

Encyclopédie

Dernière fiche créée :
Lithops
Dinteranthus

Livres sur les succulentes

Dernier livre :
Livre Le genre Turbinicarpus
Le genre Turbinicarpus

Les photos préférées des visiteurs

Opuntia compressa
Vue : 40452 fois
Opuntia
compressa
Caralluma dummeri
Vue : 44509 fois
Caralluma
dummeri


Dernières photos de cactus ajoutées

Gymnocalycium friedrichii
Vue : 5512 fois
Gymnocalycium
friedrichii
Thelocactus bicolor
Vue : 4968 fois
Thelocactus
bicolor


Dernières photos de succulentes ajoutées

pleiospilos nellii
Vue : 1093 fois
pleiospilos
nellii
Lithops hallii
Vue : 710 fois
Lithops
hallii


Toutes les photos

Visitez les deux galeries de photos

La liste complète des photos en liens cliquables



Cactus-mall

Asclepios


Asclépios (Latin
: Aesculapius) était un Dieu de Grec dans l’antiquité, et un célèbre médecin. Ce père de la
médecine a d’étranges antécédents ! Hésiode
et Pindare
ont conté l’histoire de ce Dieu si célèbre dans l’Antiquité que les Romains eux-mêmes adoptèrent et vénérèrent sous le nom d’Esculape.

Mythologie, l’histoire

Asclépios
Asclépios

Séduite par Apollon, Coronis, fille unique de Phlégyas, roi de Béotie, sa mère ne devait jamais connaître son fils, qui naquit sur le mont Tithion, du côté d’Épidaure, dans le Péloponnèse. Comme le mot coronis en grec veut dire corneille, on publia qu’Asclépios était né d’un oeuf de cet oiseau, sous la figure d’un serpent. On ajoute que Phlégyas irrité contre Apollon qui avait rendu sa fille mère d’Asclépios, mit le feu au temple de Delphes et qu’il en est éternellement puni dans le Tartare où un gros rocher, suspendu au-dessus de sa tête, menace à chaque instant de l’écraser dans sa chute.
Enceinte du Dieu, Coronis fut faussement incriminée par le corbeau qui se rendit à Delphes afin de dévoiler à son maître Apollon l’infidélité de sa bien-aimée avec un certain Ischis. Celui ci fut foudroyé par Zeus et Coronis atteinte mortellement par les flèches d’Artémis soeur d’Apollon.
Puis, le Dieu se reprocha d’avoir prêté l’oreille à cette calomnie, et se vengea du corbeau en changeant en noir son plumage blanc. En outre, au moment où le corps de Coronis commençait à se consumer sur le bûcher funéraire, Apollon ou peut-être Hermès arracha son fils vivant des entrailles de sa mère morte et le confia à une nourrice nommée Trygone. Bientôt il passa à l’école du centaure Chiron qui habitait une grotte du mont Pélion en Thessalie.

Asclépios appris de ce sage et savant Centaure l’art de la chasse et l’art de composer et fabriquer de simples remèdes.
Son habilité dans la pratique de la chirurgie, dans la guérison des malades et même dans la résurrection des morts, fit de lui le fondateur symbolique de la médecine. Asclépios tenait d’Athéna son pouvoir de ressusciter les morts. Celle ci lui avait donné deux flacons contenant du sang provenant des veines gauche et droite de la Méduse Gorgones. Celle de droite pouvait ramener les mortels à la vie, celle de gauche pouvait provoquer la mort instantanée.
Ce dont indique que les rites de guérison en usage dans ce culte constituaient un secret gardé par des prêtresses et il en coûtait la vie de vouloir le connaître : la tête de Gorgones est un avertissement formel donné aux curieux. Nombreux sont ceux qui bénéficièrent du pouvoir d’Asclépios : Lycurgue, roi des Edoniens, mis en pièce par quatre chevaux sauvages …Hippolyte, piétiné par ses chevaux, Capanée, tué par la foudre de Zeus pendant qu’il escaladait les murs de Thèbes, et Tyndare, fils d’Oebalôs et de Gorgophoné, ancêtre d’Hélène …Glaucos, fils de Minos, qui s’était noyé dans une jarre de miel, retrouva la vie grâce à une herbe que lui avait indiqué un serpent. Cette plante magique est probablement le gui, considéré comme l’organe sexuel du chêne, et qui avait une puissante vertu de régénération… Ainsi Enée s’était rendu dans le Monde Souterrain en tenant à la main un bouquet de gui et… il détenait ainsi le pouvoir de revenir à volonté à l’air libre.
On assure qu’il guérissait les Spartiates à l’aide l’écorce de saule, arbre qui possédait une puissance magie lunaire et le médicament préparé à partir de son écorce est encore aujourd’hui un médicament spécifique du rhumatisme (par l’acide acétylsalicylique qu’il contient), rhumatismes auxquels les Spartiates, dans leurs vallées humides, devaient être fortement sujets.

Mythologie, le Dieu

Asclepios était habile dans la chirurgie et l’utilisation des plantes médicinales qu’il pouvait même ramener les morts à la vie, ce qui a irrité Hadès. Hadès a s’est plaint à Zeus, qui a tué Asclepios grâce à la foudre. Les enfants d’Asclepios se nommaient Hygie et panacée (ses filles), et ses deux fils apparus dans l’ Illiad de Homer étaient médecins dans l’armée grecque. Leurs descendants supposés ont formée l’Asclepiadae, un ordre important des médecins de prêtre qui ont commandé les secrets sacrés de curatif, qui se sont transmis de père en fils et pratiqués dans des temples de santé appelés Asclepieia.

Ses symboles :

Asclépios était représenté accompagné d’un de ses attributs : le serpent, le coq, le chien,
la coupe et le bâton.
Le monopole de la médecine était détenu par des prêtres qui officiaient dans les temples d’Asclépios et se
transmettaient leurs secrets de père en fils. On croyait que
l’âme des morts s’incarnait dans les serpents, animaux
chthoniens, rencontrés dans les cimetières.
Pour cette
raison, Asclépios était représenté (ainsi
qu’un grand nombre de héros)avec un serpent rappelant sa
qualité de défunt.

caducée
Caducée

Le Dieu de la médecine visitait
les malades qu’il voulait guérir pendant leurs rêves.
Le serpent est symbole de vie et de vigueur parce qu’il possède
la propriété de changer de peau, retrouvant ainsi
l’apparence de la jeunesse.
Les serpents jouaient un grand rôle dans la guérison des
malades, ainsi l’attribut d’Asclépios est un bâton
où s’enroulent en sens inverse deux serpents (le caducée
des médecins
d’aujourd’hui) Elle équilibre ainsi les deux aspects, gauche et
droit, diurne et nocturne du symbole du serpent.
symbolique : l’un bénéfique, l’autre maléfique.
Le coq est le symbole de la lumière naissante, il est un
attribut particulier d’Apollon, le héros du jour qui naît.
Ainsi un coq était rituellement sacrifié à Asclépios, fils d’Apollon. Socrate rappelle
par exemple à Criton,
avant de mourir, de sacrifier un coq à Asclépios.

Petite note :

Asclépiade,
Asclépiade, fût un grand mécecin grec (124-40 av. J.-C.). Il exerça en Grèce ainsi qu’a Rome, où il combattit les doctrines d’hippocrate

Petit glossaire :

Est situé sur la côte nord-est du Péloponnèse, c’est le sanctuaire d’Asclépios, le Dieu guérisseur. Des milliers de malades accouraient de partout pour demander guérison au fils d’Apollon et de Coronis (fille du roi des Lapithes).
Pour remercier le dieu de ses miracles, les pèlerins lui offraient des ex-voto représentant les parties du corps guéries (pratique encore usitée dans certains pays).

Poète grec

Poète grec

Fût un grand médecin grec, en 377 av. J.-C. Son éthique est à l’origine du serment que prêtent les médecins.

Dieu grec de la beauté, de la lumière et de la divination.

Presqu’ile du sud de la Grèce.

Région des Enfers gréco-romain, lieu de châtiment
des grands coupables.

Dieu grec, guide des voyageurs, patron des marchands et des
voleurs, méssager des dieux.

Centaure éducateur d’Achille

Région de Grèce, au sud de l’olumpe sur la mer Egée

Déesse Grecque de la Pensée, des Arts, des Sciences et de l’Industrie.
Fille de Zeus et divinité éponyme d’Athène.

Monstre ailé au corps de femme et à la chevelure de serpents dont le regard
transformait en pierre celui qui les comptemplait. Elles étaient trois soeurs.

Prince légendaire troyen.

Aspirine

Dieu Grec des Enfers, à qui fut identifié Pluton.

Déesse de la santé associée aux autres
Dieux guérisseurs.

1 Principal attribut d’Hermès, formé d’une baguette de laurier ou
d’olivier surmontée de deux ailes et entourée de deux
serpents entrlacés.
2 Emblème du corps médical
composé d’un faisceau de baguettes autour duquel s’enroule le
serpent d’Epidaure et que surmonte le miroir de la prudence. Voir la
vignette sur le pare-brise des voitures des médecins.

Philosophe grec

Riche Athénien disciple de Socrate.

Article de Florent
Florent, le 22 novembre2003

- Haut -
Les cactus et succulentes  --  http://les-cactus.com --  Florent Papadopoulos 2002 - 2016  --  Villeneuve Saint georges  --   Valid XHTML 1.0 Strict   Valid CSS niveau 3   --  Accessibilité