Les Cactus et succulentes

Le monde fantastique des plantes xérophytes

Aller au texte -  Aller au menu -  Aller en bas de page  -  Accessibilité -  A + -  A -
Recherche personnalisée

Encyclopédie

Dernière fiche créée :
Lithops
Dinteranthus

Livres sur les succulentes

Dernier livre :
Livre Le genre Turbinicarpus
Le genre Turbinicarpus

Les photos préférées des visiteurs

Opuntia compressa
Vue : 40452 fois
Opuntia
compressa
Caralluma dummeri
Vue : 44509 fois
Caralluma
dummeri


Dernières photos de cactus ajoutées

Gymnocalycium friedrichii
Vue : 5512 fois
Gymnocalycium
friedrichii
Thelocactus bicolor
Vue : 4968 fois
Thelocactus
bicolor


Dernières photos de succulentes ajoutées

pleiospilos nellii
Vue : 1093 fois
pleiospilos
nellii
Lithops hallii
Vue : 710 fois
Lithops
hallii


Toutes les photos

Visitez les deux galeries de photos

La liste complète des photos en liens cliquables



Cactus-mall

La multiplication végétative ou bouturage des succulentes


Reproduire des plantes de manière simple, rapide et efficace.
On prélève une partie on la met en terre et une nouvelle plante génétiquement identique se développe.

Qu’est ce que la multiplication végétative ?

Adromischus

Il s’agit de reproduire des plantes sans passer par la méthode du semis, ou bien de préserver des espèces fragiles
(greffage). On peut aussi parler de reproduction asexuée : qui s’effectue sans l’intermédiaire de cellules
reproductrices. Chez les succulentes, la méthode de la multiplication végétative met à profit les capacités de
régénération des végétaux. Autrement dit : “on coupe un bout, et on a une nouvelle plante”.

Pourquoi un tel mode de multiplication ?

C’est le seul moyen d’obtenir des plantes qui n’ont pas de fleurs ou qui donnent des fleurs stériles
(hybrides en particulier). Les plantes ainsi obtenues seront identiques au pied mère (contrairement au semis
qui donne des descendants génétiquement diversifiés). Et l’on pourra par cette méthode obtenir rapidement un
grand nombre de sujets. Beaucoup d’espèces atteintes de pourriture au collet se sont vues prélever des articles
ou feuilles afin d’être bouturées dans le but de conserver un sujet identique ! En plus, le bouturage est
généralement très aisé à pratiquer, même pour les non initiés.

Photo 1 : Une feuille d’Adromischus mariannae s’est détachée. Les racines se développent et la première feuille apparaît.

Sur quelles plantes se pratique-t-elle ?

Le bouturage peut se pratiquer sur presque toutes les espèces à part Astrophytum, Ariocarpus Frithia et
Euphorbia obesa qui se multiplient exclusivement par graines. Certaines espèces se prêtent bien au bouturage
(Sédum) d’autres moins (Euphorbe, où il faut être patient). La méthode, qui consiste chez les crassulacées à
poser une feuille sur le sol, sera très souvent vouée à l’échec chez des espèces comme Aloe.

Le bouturage

Adromischus

Méthode simple, répandue et sans risque. Il s’agit de prélever une partie d’une plante pour la mettre à enraciner.
Certains préconisent de laisser le morceau faire des racines avant de le mettre en terre, d’autres le contraire !
Chacun est libre d’essayer les deux méthodes, pour ma part, j’utilise la seconde qui me donne entière satisfaction.

Photo 2 : Beaucoup d’espèces comme cet Adromischus développent des racines avec une grande facilité, ce genre
de réussite est toujours assurée.

Annecdotes

Le bouturage n’est pas toujours utilisé pour reproduire un sujet.
Une année j’avais laissé sous la pluie et le froid, de l’automne jusqu’a la fin du printemps un
Crassula portulacea (de 20 ans) et le résultat ne m’a pas surpris : il était entièrement pourri à part une branche…
Le bouturage s’imposait. Une autre fois, un Myrtillocactus geometrizans, suite à une longue période de froid
et d’humidité quasi permanente, s’est
retrouvé le collet suintant, avec des surfaces sur toute sa longueur dans le même état… Il m’a fallu
lui enlever les 10 premiers centimètres, puis creuser le corps en plusieurs endroits afin d’ôter toutes
les parties en mauvais état. Enfin il est passé par une période de cicatrisation de 3 mois. Puis après avoir
vérifié l’état général de la plante, je l’ai mis à bouturer calée entre 3 tuteurs juste posée sur le compost.
Cette année, elle n’a pas poussée mais l’enracinement est fait et elle ne montre aucun signe de mauvaise santé,
si ce n’est que son aspect “gruyère” ! Comme quoi un bouturage permet des fois des miracles sur des plantes qui
semblent condamnées.

Bouturer quoi ?

Il est possible de bouturer une simple feuille (Crassulacées), une tige (Stapelia), un article (Opuntia) ou un
rejet (Mammillaria). L’indispensable est que la coupe soit nette et séchée avant de mettre la future bouture
sur le sol. Le temps de séchage varie en fonction du diamètre de la coupe de quelques jours pour Crassula à
quelques mois pour un cierge de bonne taille. Pour une bouture de la taille d’une noix ou d’une mandarine,
comptez 2 à 3 semaines de séchage. Il convient de la laisser sécher à l’air, au chaud et à l’abri du plein
soleil, de saupoudrer la plaie de charbon de bois afin d’éviter les risques d’infections. Un cal doit recouvrir
la cicatrice avant la mise en terre.

Et après…

Adromischus cooperii
Crassula blue jade

La question qui revient souvent est de savoir s’il faut arroser la bouture ? N’ayant pas de racines, elle
n’absorbera pas l’eau, donc non. Mais l’arroser ou l’humidifier stimulera le développement des racines, donc oui.
Je crois que le mieux est de la placer à bonne luminosité, dans un endroit chaud et aéré et de l’humidifier de
temps en temps suivant la météo. En fait, lorsque la lumière est suffisante, si il fait chaud, un petit arrosage
stimulera le développement des racines, au contraire si les températures baissent, l’humidité deviendra néfaste
voire fatale.
Les boutures démarrent mieux si elles sont prélevées au printemps ou en été, où les conditions climatiques
sont les meilleures. Mais dans le cas où il s’agit de sauver une plante, la période ne compte pas, faites-le
et mettez-la à l’intérieur, à la lumière.

Photo 3 : Premières racine et première feuille, avant même d’être en terre !
Photo 4 : Les tiges aussi peuvent raciner, même à l’air libre, la preuve en est de ce fragment cassé de crassula blue Jade.

Le support

Le mélange classique pour les boutures est composé de sable et de tourbe. J’y ajoute un quart de terre végétale.
J’ai remarqué que l’enracinement n’était pas plus rapide, mais après, la petite plante se développe mieux.
Je n’enterre jamais la base de la bouture, quand c’est possible, je me contente de la poser sur le mélange
(feuilles de Crassulacées, Chamaecereus silvestrii), voire de la caler à l’aide de petites pierres.
Sinon la bonne vieille méthode du tuteur est toujours efficace.

Piaranthus foetidus

On peut essayer la poudre de bouturage à base d’hormones, je ne l’ai jamais fait mais j’essaierai peut-être avec
des espèces difficiles.
Le mieux que l’on puisse faire c’est de prélever non pas une bouture mais plusieurs. En vue d’une bonne reprise,
si une espèce présente des tiges avec des feuilles (Kalanchoe, beaucoup de Crassulacées), il sera plus facile de
prélever la tige plutôt qu’une feuille et de l’effeuiller en grande partie mais pas sur l’extrémité terminale.

Au printemps suivant la bouture pourra être mise en pot…

Photo 5 : Duvalia caespitosa, est une plante aux courtes tiges épaisses et rampantes. Au fur et à mesure de sa
croissance, des racines apparaîssent. On coupe, on pose et en quelques semaines, les racines se sont enfoncées
dans le substrat.

La division de touffes

Là, la méthode est très simple. Lors d’un rempotage, il faut séparer les rejets de la plante et les mettre
en pot séparément. Exemple : certaines Aloes, Haworthia, Agaves…

Le marcottage

C’est un procédé naturel qui consiste à faire prendre racine à une branche ou à un article qui reste fixé
au pied mère. Pour cela il suffit de coucher la partie à marcotter sur le sol et de le recouvrir de terre
ou de tourbe (les espèces rampantes de Sédum le font sans notre aide). Le marcottage peut aussi être aérien :
j’ai fait l’essai sur un Opuntia. J’ai entouré la base d’un article de tourbe que j’ai généreusement humidifié,
puis j’ai recouvert le tout d’un plastique opaque et ficelé. J’ai attendu 1 mois et j’ai coupé l’Opuntia sous
mon bricolage, laissé sécher la plaie et après j’ai enlevé le plastique en prenant garde de ne pas endommager
les racines, et je l’ai mis en terre. Bien entendu ce n’était qu’une expérience vu que ce n’est pas la peine
d’appliquer cette méthode sur Opuntia, qui se bouture facilement. Mais c’est là une “expérience d’amateur”.

La greffe

Sedum rubrotunctum et Haworthia fasciata

Elle est bien utile pour permettre à des espèces fragiles de se développer. C’est un mode artificiel qui
exige une intervention. Certaines espèces ne se multiplient que de cette manière, notamment les cactées
rouges ou jaunes qui n’ont pas de chlorophylle. Le tout est de choisir un bon porte greffe qui se doit
d’être robuste (Trichocereus, Cereus peruvianus…).
Le but de cet article n’étant pas de détailler les différentes méthodes, je ne ferais que les citer :
la greffe en fente et la greffe en placage. (NdW : voir l’article sur la greffe)

Les autres moyens

Il existe d’autres méthodes mais qui ne sont pas utilisées par les amateurs : la multiplication “in vitro”
par exemple, utilisée en laboratoire, conçue pour reproduire des cellules à partir d’une seule dans un
milieu de culture artificiel.

Photo 6 : Une feuille de Sedum rubrotunctum est tombée au pied de cet Haworthia. L’année suivante, voilà le résultat !

Le bouturage en vidéo

Durée 1 minute 43 secondes

Sauvetage d’un cactus

Durée 2 minutes

Les boutures récalcitrantes

Durée 3 minutes 15 secondes

Explication de la vidéo concernant les boutures récalcitrantes :
Les feuilles d’Adromischus maximus sont rétissantes pour la pousse des racines. :) Une méthode différente de l’habitude s’impose. Il en existe d’autres, mais celle utilisée est simple.

La feuille une fois détachée du pied est placée dans une boîte à côté de semis, au chaud et 12 heures de lumière par jour. Elle y reste un mois. la plaie a le temps de cicatriser et la chaleur va l’inciter à entrer/continuer sa période de végétation. Au bout de ce délais, le pédoncule est emballé dans un plastique opaque qui contient un mélange de tourbe et de sable siliceux fin. L’ensemble est humidifié sans plus.
La feuille est toujours conservée dans les même conditions.
Au bout de 10 à 15 jours je déballe très précautionneusement le pédoncule pour vérifier la présence de racines. Il est indispensable de regarder afin de vérifier un éventuel début de pourriture qui obligerait à couper et tout recommencer. Si je constate la présence de racines, je rempote en faisant attention de ne pas les casser. Si il y a du sable collé dessus, je le laisse. J’arrose la zone entourant le pédoncule et pas le reste. La raison est que la feuille risque de pourrir. Sous une feuille posée à plat, l’humidité est plus présente et des moisissures finissent par se développer faisant pourrir la bouture.
Décembre 2008

Durée 2 minutes 25 secondes

Explication de la vidéo concernant les boutures récalcitrantes partie 2 :
3 mois plus tard.
Je décide de la mettre dans la serre et plus sous les tubes, mais je prévois de l’ombrager sinon gare aux brûlures qui lui seraient fatales.:)
Le substrat est composé de 40% de terre de mon jardin et le reste de graviers de granit, de sable et de tout petits cailloux. Et comme c’est plus fort que moi, je rajoute à peine de sable très fin (sable de Fontainebleau);)

Avril 2009

Pour suivre l’évolution d’une bouture, lisez l’article Bouture d’Adromischus maximus

Florent, mars 2007. Article écrit à l’origine pour le
 Cactus francophone
en septembre 2001, revu, complété pour mon site en mars 2007.

- Haut -
Les cactus et succulentes  --  http://les-cactus.com --  Florent Papadopoulos 2002 - 2016  --  Villeneuve Saint georges  --   Valid XHTML 1.0 Strict   Valid CSS niveau 3   --  Accessibilité